Autres chroniques

Something's Coming On Wrong - 2017

  Something's Coming On Wrong - 2017 - Album
 1. Enemy
 2. Come Down
 3. Is It A Sin
 4. One Left
 5. Rosemary
 6. Mayday
 7. Smell The Funk
 8. Carnium
 9. Last Letter
 10. Time Will Rise


Est-ce que ça vous dirait de faire un petit voyage du côté de la Slovénie ? Le groupe qui est concerné dans cette chronique est en effet originaire de cette région de l'ex-Yougoslavie, frontalière avec l'Italie, l'Autriche, la Hongrie et la Croatie. Après tout, il n'y a pas que les USA et la Grande Bretagne dans le monde du Hard Rock et du Metal. TOMCAT, originaire de Ljubljana (capitale du pays), s'est formé en 2010 et a sorti son premier album, "Bits N' Pieces", en 2013. Par la suite, ce jeune groupe a subi un changement de personnel puisque tous les musiciens du groupe sont partis, à l'exception du bassiste Sujo.

De nouveaux musiciens sont venus s'unir au bassiste, unique rescapé de la formation initiale, pour redonner du souffle à TOMCAT. Fort d'un nouveau line-up, le quintette slovène revient à la charge avec un second album intitulé "Something's Coming On Wrong". D'après de nombreux échos recueillis à droite et à gauche, le précédent opus ("Bits N' Pièces"), qui lorgnait du côté du Sleaze/Hard Rock, n'avait pas marqué plus que ça les esprits (perso, je n'ai aucun avis là-dessus, étant donné que je ne l'ai jamais écouté).

Musicalement, les Slovènes de TOMCAT, officiant en tant que quintette, semblent avoir élargi leur registre puisque leur Hard Rock lorgne dorénavant vers des horizons allant du Heavy au Stoner, en passant par le Funk, le Glam et n'hésitent pas à varier les émotions dans chacune de leurs compos. Si avec "Enemy", qui ouvre les hostilités, on a droit à un mid-tempo Hard/Heavy efficace servi par de gros riffs flirtant avec le Stoner avec, en guise de mise sur orbite, une intro lugubre, sombre, un refrain entrainant et des choeurs au poil, le titre suivant, "Come Down", nous entraine dans un Hard Rock/Glam plus typé 80's. Et si, de prime abord, ce titre pouvait sembler quelconque, voilà qu'un bridge mélancolique juste avant le solo, puis un final plus enlevé, plus musclé viennent sortir l'auditeur et transcendent un ensemble qu'on aurait cru au départ convenu, prévisible. Quand au mid-tempo "Is It A Sin", il alterne entre couplets typiquement 90's (première moitié de cette décennie) et refrain plus franchement orienté 80's. Et si ce titre se veut sérieux, l'aspect mélodique demeure quand même prépondérant. "Time Will Rise", qui cloture l'album, est le titre le plus punchy, le plus musclé avec son orientation très Heavy/Stoner de par ses riffs plus lourds, plus carnassiers qu'à l'accoutumée. Et pour le coup, si on félicitera le quintette slovène pour avoir trouvé d'excellents couplets, on se dit que le refrain aurait pu être amélioré, ce qui laisse quelques regrets et un goût d'inachevé.

Mais c'est plus précisément en fin de première moitié de l'album et en début de seconde moitié de celui-çi que TOMCAT s'est véritablement surpassé. Ainsi, il est impossible de résister à "Rosemary", une pièce de Hard Rock enjouée qui donne une envie irrésistible de taper du pied. Son refrain festif à l'européenne repris en choeurs (ou à reprendre d'urgence en choeurs) nous plonge dans ce le meilleur des 80's et nous surprend avec son tempo ralenti, plus nuancé au milieu de la chanson avec ses passages plus doux impromptus. Vous savez quoi ? C'est le genre de titre qu'on pourrait mettre lors d'un mariage ou une fête en Grèce ou dans les pays slaves (je ne fais que suggérer une idée). Quand à "Mayday", tout aussi entrainant, c'est un titre qui jongle entre mélodie, passage plus Heavy et variations de tempos, le tout étant bien arrosé par des guitares fusant de partout. Avec "Carnium", TOMCAT tient-là un mega-hymne Heavy-Rock à l'européenne avec son refrain accrocheur, fédérateur comme ce n'est pas permis. Assurément, c'est l'un des highlights de l'album. Mais la surprise la plus inattendue de l'album vient du mid-tempo "Smell The Funk", qui voit le combo slovène se lancer dans un Hard funky particulièrement jouissif, servi de surcroit par des guitares envoûtantes, son final accéléré coloré par une orgue Hammond judicieuse. En plus, cerise sur le gateau, ce titre est illustré par un clip (disponible sur YouTube) sympa et plus rigolo que ce que propose de manière trop redondante STEEL PANTHER.

Comme sur de très nombreux albums de Hard Rock, on a droit à 2 ballades sur ce "Something's Coming On Wrong". La première, "One Left", est située en 4ème position sur l'album (comme c'est souvent le cas, serait-on tenté de dire). D'une durée de 6'43, "One Left" est la plus réussie des 2 ballades. Le piano y est très présent et sert de colonne vertébrale à ce titre triste qui progresse crescendo. Viennent également s'y greffer des chœurs féminins discrets sur le refrain et la guitare qui pleure sur le solo. Il n'y a pas à dire: cette ballade très travaillée aurait pu figurer sur l'un des 2 volumes de "Use Your Illusion" (GUNS N' ROSES) ou l'un des 3 premiers albums de BUCKCHERRY. En tout cas, il y a fort à parier qu'Axl Rose applaudirait des 2 mains s'il avait l'occasion de l'entendre. En revanche, je me montrerai beaucoup moins élogieux vis-à-vis de l'autre ballade, "Last letter" Malgré ses belles parties de guitares, cette ballade est moyenne et, pour le coup, les chœurs féminins sont inutiles, superflus, et la gâchent.

Et mine de rien, les Slovènes de TOMCAT viennent de balancer, sans crier gare, la bonne surprise Hard-Rock de ce début d'année 2017. Si ce quintette revendique comme influences UFO, SCORPIONS, DIO, SAXON, DOKKEN, MÖTLEY CRÜE, JUDAS PRIEST, GUNS N' ROSES, il les a suffisamment bien digérées pour ne pas être taxé de "clone de...". D'autre part, il semble que tous les changements de personnel aient été salutaires à ce groupe puisqu'il a réussi à trouver la bonne formule pour accoucher d'un disque qui mériterait plus de considération. En effet, on ne s'ennuie jamais sur ce "Something's Coming On Wrong" qui voit TOMCAT varier les ambiances, les plaisirs. Pourtant, les chances de voir cet album chroniqué dans Rock Hard sont quasiment nulles (le magazine Metal n°1 de France ne s'intéressant quasiment jamais à la scène Hard Rock/Metal en provenance de l'Europe de l'Est). Quoi qu'il en soit, on peut au moins souhaiter que l'actuel line-up de TOMCAT soit stabilisé le plus longtemps possible et que ce quintette de Ljubljana parvienne à perdurer et à confirmer par la suite le bon travail fourni sur cet album.
Trendkill - 28.06.2017
Musiciens: Žiga Krasnič - chant / Žbun - guitare / Izzy - guitare / Šujo - basse / Bizi - batterie
Producteur:
Label: On Parole Productions
Music Video: Carnium - Smell The Funk