Autres chroniques

Thunderslave Ep - 2017

  Thunderslave  - 17.07.2017 - Ep
 1. Riot Attack
 2. Call Of the Wild
 3. Edge Of Road
 4. Thunderslave

Si sur les plans de la créativité et de l'innovation, l'âge d'or du Heavy Metal traditionnel semble appartenir au passé, en revanche, la passion pour ce style aux 4 coins du monde n'est pas prête de s'éteindre. En effet, de très nombreux combos s'escriment à reprendre les codes en vigueur du genre pour perpétuer sa tradition, avec plus ou moins de réussite. En fouinant sur le Net, on en découvre, des groupes qui se placent dans le sillage des IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST, RIOT, ACCEPT, MANOWAR, SAXON, entre autres.

Et parmi ceux-là, on trouve THUNDERSLAVE, jeune quartette originaire du Mexique, de la ville de Monterrey pour être plus précis. Fondé en 2015, THUNDERSLAVE trouve refuge chez Hoove Child Records, un label indépendant basé à Chicago. En 2017, sa patience et sa persévérance sont enfin récompensées puisque ce combo mexicain sort son premier opus, un EP éponyme de 4 titres de plus de 18 minutes.

Le doute n'est pas permis lorsqu'on jette un bref regard sur la pochette de ce skeud: on est bel et bien en territoire Heavy-Metal agrémenté de passages speedés pour faire monter l'adrénaline. Les gars de THUNDERSLAVE ne disposent visiblement pas de gros moyens à disposition car la production est très artisanale. Cela s'entend surtout avec la batterie. On a donc droit à un Heavy-Metal sauvage, résolument prolétaire qui nous renvoie directement à IRON MAIDEN à ses débuts, voire RIOT. Ceci dit, la détermination, la rage du combo, que la voix du chanteur Carlos Wild sait retranscrire à merveille, ne font aucun doute. C'est particulièrement flagrant sur "Call Of the Wild", le titre le plus rapide de cette galette et joué sur le fil du rasoir. Si "Riot Attack" et "Edge Of Road" semblent être des brûlots, à priori, moins axés sur la vitesse d'exécution, ils demeurent corrosifs, énervés et même si d'aucuns trouveront que ces titres ont tous un air de "déjà entendu", on ne peut s'empêcher de trouver ce combo attachant, vu l'explosivité et la rage déployées par celui-ci. On se surprend même à trouver "Edge Of Road" jouissif vu la manière dont le titre a été torché. Et si ces 3 titres dépeignent un Heavy Metal speedé et percutant qui va droit à l'essentiel, sans démonstration superflue, il n'en va pas de même pour la dernière plage du Cd, le title-track: celui-ci dure un peu plus de 7 minutes et semble plus expérimental: le début commence calmement, sur un tempo plus lent et laisse croire à l'auditeur qu'on a affaire à une ballade mélancolique, voire crépusculaire avant que les riffs acérés durcissent brutalement le ton, suivis dans la foulée par une section rythmique qui accélère le tempo. Ceci dit, ce titre laisse un peu sur sa faim car il semble un peu décousu, un tantinet désordonné, en dépit des bonnes intentions déployées par les musiciens. Sur ce titre, le chanteur n'a pas trouvé le ton qui serait à l'avenant. Il y a tout de même matière à creuser sur ce terrain-là à l'avenir.

Cet EP n'est pas un indispensable, mais il permet quand même à THUNDERSLAVE de poser des bases plutôt intéressantes pour l'avenir. Ce groupe est perfectible et semble animé de bonnes intentions. Gageons qu'avec un peu plus de moyens à disposition et une production un peu meilleure, ce quartette mexicain parvienne à franchir plusieurs paliers pour faire partie des outsiders intéressants de cette jeune vague de Heavy Metal traditionnel, pour peu qu'il conserve une bonne partie de sa hargne. Si ce groupe réussissait à décrocher un contrat chez Nuclear Blast, Metal Blade ou AFM, il pourrait bénéficier d'une meilleure exposition et davantage attirer l'attention. Souhaitons, en tout cas, à THUNDERSLAVE un avenir radieux.
Trendkill - 02.09.2017
Musiciens: Carlos Wild - chant, guitare / Randy Lawless - guitare / Ranzig V. Scott - basse / Alan Ayala - batterie
Producteur:
Label: Hoove Child Records
Music Video: