Autres chroniques

The Tip - 2015

Sailor's Grave - 2016

  The Tip - 2015 - Album
 1. Welcome To The Night
 2. All I Need
 3. Outta Control
 4. L've Me Ery Woman
 5. Ride Tonight
 6. Double Fistin
 7. Don't Want It
 8. Favorite Sin
 9. Rock N' Roll Man
 10. More, More, More
 11. Last Joint


Ça aide d'avoir de bons contacts sur Internet. L'un d'entre eux, qui réside en Suisse, m'a fait découvrir un groupe américain répondant au nom de THE TIP. THE TIP: un nom on ne peut plus simple, passe-partout. Traduit en français, ça donne: la pointe, le bout. Groupe très récemment formé (en 2014), ce quartette américain n'a pas perdu de temps et a sorti un EP de 4 titres intitulé "Killing It Wasted" en 2014, puis a enchainé l'année suivante avec un premier album éponyme. Et si en tant que nom, THE TIP ne paie pas de mine, la pochette de cet album n'a franchement rien qui puisse susciter un tant soit peu d'intêret, attirer l'attention.

Mais comme le dit si bien le proverbe: ne jugez pas un livre à sa couverture. Ce qui compte, c'est le contenu. Et là, dans le cas de THE TIP, les préjugés tombent d'un seul coup. Car ce quartette originaire de Nashville ne plaisante pas et balance un Hard Rock n' Roll couillu, franc du collier, très imprégné des racines du Blues. La bio du groupe définit celui-ci comme étant, je cite: "Sleazy Greasy Bluesy Rock N Roll". Et force est de constater qu'il n'y a pas la moindre tromperie sur la marchandise. A l'écoute de cet album, on sent que le Rock n' Roll et le Blues sont extrêmement chevillés au corps de ce quartette articulé autour de Benny Carl (chant, guitare, harmonica), Ricky Dover Jr (guitare), Drew Uldrich (basse) et Dixie Carl (batterie).

"Welcome To The Night", qui ouvre l'album, nous renvoie au Hard Rock et au Glam des 70's: titre punchy, enjoué, festif, avec en plus des chœurs qui répondent du tac au tac au chant éraillé, injecté de virilité, de Benny Carl. Pas de doute, ces mecs-là sont des passionnés, des authentiques, comme s'ils étaient possédés par ce qu'ils font. Ce titre n'est toutefois pas entièrement représentatif de l'album car THE TIP enchaine avec "All I Need", un up-tempo carnassier, rugueux qui est l'incarnation même de la face la plus abrupte du Rock avec ses racines Bluesy qui l'inondent et se voit de surcroit enrichi d'harmonica, de bottleneck. La salve suivante, "Outta Control", se révèle comme un hymne déjanté, tapageur tant elle est très live dans l'esprit, incite aux pétages de plombs en règle et se révèle jouissive. Pas de doute, on ne s'ennuie pas avec THE TIP. Lorsque survient le mid-tempo "L've Me Every Woman", c'est la surprise: pour le coup, on plonge carrément dans un vrai Blues, dans ses racines les plus profondes. Ce titre, sur lequel l'harmonica est très présent, est bourré de feeling, d'émotion et ça fait franchement du bien par où ça passe. On a à peine le temps de nous remettre de nos émotions, justement, que surgit "Ride Tonight", un brûlot punkysant sur le fil du rasoir se situant quelque part entre MOTÖRHEAD, les BACKYARD BABIES à leurs débuts et HARDCORE SUPERSTAR qui voit le groupe balancer la sauce comme s'il avait le feu aux fesses et s'européaniser pour le coup. THE TIP revient aux racines de la musique américaine sur "Favorite Sin", qui se distingue par ses chœurs légers contrastant avec la voix éraillée du chanteur-guitariste Benny Carl, son orgue Hammonf apparaissant vers la fin et renvoie franchement au AEROSMITH des 70's (à dire vrai, c'est précisément le genre de titre qu'on aurait aimé qu'AEROSMITH ponde plus souvent au cours des 20 dernières années). Avec "Double Fistin' ", on a carrément droit à un classique en puissance: Sur cette compo foncièrement Hard Rock, THE TIP y distille un groove infernal et pond un refrain particulièrement addictif qui envahit l'auditeur pour ne plus le lâcher. Le festival se poursuit avec "Rock n' Roll Man", une sorte de jam Rock n' Roll (le titre parle de lui-même, d'ailleurs) crue, roots, particulièrement bandante qu'on pourrait situer à mi-chemin entre George THOROGOOD et ROSE TATTOO et sur laquelle chœurs tapageurs, ainsi que quelques notes d'harmonica et de piano s'invitent à la fête. Jouant davantage sur les contrastes, l'up-tempo rythmé et nerveux "More, More, More", ponctué d'accélérations intempestives, surprend sur le refrain, plus lent et boosté par des chœurs décomplexés. Enfin, pour clôturer les festivités, on a droit à "Last Joint", un Blues-Rock festif aux relents Sudistes qui se voit coloré par un piano à l'ambiance de saloon. Et comme sur le 1er titre de l'album ("Welcome To The Night", pour rappel), les chœurs répondent du tac au tac au chant, façon de dire que la boucle est bouclée.

A l'écoute de ce disque, j'ai été vraiment bluffé, et il y a vraiment de quoi. THE TIP respire le Rock n' Roll sincère et authentique à 200%: il y injecte une bonne grosse dose de Blues, quelques touches Glam, ainsi que des relents Punk et Sudistes pour proposer une tambouille absolument jouissive. Par la même occasion, THE TIP s'inscrit dans la lignée des ROLLING STONES, T-REX, AEROSMITH, George THOROGOOD, ROSE TATTOO, HANOI ROCKS, GUNS N' ROSES, THE BLACK CROWES.

De bons riffs, des refrains bien trouvés, des soli au poil, de l'attitude à revendre qui est à l'avenant, ainsi qu'une bonne dose de fun: la recette peut paraître simple au premier abord, mais pour que ça fonctionne, il faut que ceux qui l'appliquent y mettent tout leur cœur, toute leur dévotion, leurs tripes, leurs convictions. Et c'est ce qu'a fait THE TIP. Ce quartette est peut-être celui qui pourrait permettre au Rock américain de retrouver un peu de sa fierté, pour peu que les circonstances lui soient favorables. On a beaucoup cru en BUCKCHERRY en 1999, puis en SILVERTIDE en 2004. Espérons que l'industrie musicale américaine cesse de se complaire dans la médiocrité, l'auto-satisfaction, la connerie et le gâchis pour qu'enfin les groupes et artistes puissent au moins avoir leur chance de bénéficier d'un peu plus de visibilité. Ce premier album est en tout cas une vraie et franche réussite et fait de THE TIP la réponse américaine aux tout aussi bons australiens de MASSIVE.
Trendkill - 29.06.2017
Musiciens: Benny Carl - chant, guitare, harmonica / Ricky Dover Jr. - guitare / Drew Uldrich -basse / Dixie Carl - batterie
Producteur: The Tip & Chris Lohr
Label: NashTray Productions
Music Video: Welcome To The Night - Outta Control