Autres chroniques

The Tip - 2015

Sailor's Grave - 2016

  Sailor's Grave - 09.08.2016 - Album
 1. Struttin'
 2. Rock N' Roll Heaven
 3. Ain't Fakin' It
 4. Can You Smell the Money
 5. Corner Bag Blues
 6. Bad Karma
 7. Get the Fuck Out
 8. Whiskey and Coke
 9. Sailor's Grave
 

Les gars de THE TIP sont entièrement dévoués à la cause du Rock n' Roll et ne perdent pas de temps. En effet, après avoir publié un EP de 4 titres en 2014, puis un premier album éponyme en 2015, le quartette originaire de Nashville est toujours sur la brèche et sort, durant l'été 2016, un second album studio qui a pour titre "Sailor's Grave". Nul ne peut prédire l'avenir de THE TIP, mais ce quartette ne se roule pas les pouces et prend des allures de stakhanoviste du Rock n' Roll.

D'ores et déjà, on peut dire que l'artwork de "Sailor's Grave" est réussi (nettement plus, en tout cas, que celui du précédent opus), mieux travaillé. Ce n'est peut-être qu'un détail, mais ça peut avoir son importance. D'un point de vue musical, THE TIP continue de faire ce qu'il sait faire le mieux, c'est-à-dire du Hard Rock n' Roll fortement teinté de Blues. Après tout, ce combo excelle dans ce créneau, s'y sent comme un poisson dans l'eau. Toutefois, le quartette ne propose pas une redite du précédent album. Il avance à son rythme, tout en conservant son identité, sa personnalité.

Ce second album débute de manière assez inattendue avec "Struttin' ": mis sur orbite par un piano à l'ambiance de bar, de saloon, ce mid-tempo, renforcé de surcroit par un harmonica et des chœurs désinvoltes, est transcendé par un groove infernal, contagieux qui évoque le AEROSMITH funky, celui des 70's. C'est d'autant plus flagrant que le chanteur/guitariste Benny Carl fait ressurgir le fantôme du jeune Steven Tyler avec un incroyable aplomb. Sitôt passée cette première salve, THE TIP assène un hymne en puissance avec "Rock n' Roll Heaven", un Hard Rock n' Roll furibard, cru, très roots, servi par une talk-box très présente (en particulier sur l'intro), puis par un final accéléré, à l'arraché. Voilà un titre qui pourrait faire le bonheur des stations de radio orientées Classic-Rock. Relâcher la pression, THE TIP ne sait pas ce que c'est, et l'on s'en réjouit pour le coup. Pour notre plus grand bonheur, le combo enchaine avec "Ain't Fakin' It", un Hard Boogie qui dépote (et qu'on pourrait considérer comme une suite de "Outta Control", titre figurant sur le précédent disque) et qui dégage un réel sentiment d'urgence, varie les plaisirs avec "Can You Smell The Money" et "Bad Karma",2 titres foncièrement Hard Rock bluesy surplombés par une forte ambiance 70's (le second titre évoqué se voit, en outre, coloré de chœurs féminins gospellisants), mais aussi avec "Get The Fuck Out", une compo Hard Rock binaire et coquine comme AC/DC n'en a plus composée depuis presque 40 ans qui, du coup, fait revivre le fantôme de Bon Scott, ou encore "Whiskey And Coke", un up-tempo avec une rythmique qui pète le feu, un chanteur qui éructe comme un possédé (ah, pour sûr, ce bon vieux Lemmy Kilmister aurait applaudi des 2 mains un tel brûlot) et s'avère être le seul titre de l'album axé sur la vitesse.

On l'avait déjà dit (Cf. la chronique du premier album), le Blues est un élément prépondérant dans la musique pratiquée par THE TIP. Et le meilleur témoignage de ce constat est certainement le titre "Corner Bag Blues": ce mid-tempo voit harmonica et piano épauler les guitares et la gouaille de Benny Carl. Délicieusement rétro, ce court titre est un pur Blues respirant l'Amérique profonde et ça fait du bien par où ça passe. Enfin, pour compléter le tableau, THE TIP a accouché pour la première fois d'une ballade sur disque. C'est "Sailor's Grave", qui a la lourde tâche de clôturer l'album. Ballade crépusculaire, pleine de mélancolie et très ancrée dans les racines du Blues, "Sailor's Grave", qui voit de discrets violons conclure en douceur ce titre, est une réussite, même si ce n'est pas une ballade ultime comme pouvaient l'être "Stairway To Heaven", "Dream On" ou encore "Don't Cry", si vous voyez ce que je veux dire...

Quoi qu'il en soit, avec ce second album, d'une durée de 36 minutes, THE TIP confirme les espoirs que certains avaient placé en lui après la sortie de l'opus précédent. Si le combo de Nashville semble avoir un peu gagné en maturité, le fun et l'hédonisme occupent quand même une place de premier choix dans son univers. A bien y réfléchir, il ne serait pas idiot de percevoir en THE TIP un possible héritier d'AEROSMITH, d'autant que le légendaire quintette de Boston va bientôt raccrocher les gants. Et si la bande à Steven Tyler avait la bonne idée de prendre THE TIP comme première partie, ce pourrait être vu comme un passage de flambeau. Il est tout de même incroyable, invraisemblable qu'un tel groupe ne soit toujours pas signé sur une maison de disque. Maintenant, il faut espérer qu'à l'avenir, la chance puisse sourire à THE TIP, qui gagnerait tellement à être davantage connu...
Trendkill - 30.06.2017
Musiciens: Benny Carl - chant, guitare, harmonica / Ricky Dover Jr. - guitare / Robby Bote - basse / Dixie Carl - batterie
Producteur:
Label:
Music Video: Rock N' Roll Heaven