Autres chroniques

Bastard - 2017

  Bastard - 16.06.2017 - Album
 1. Leitwolf
 2. Judas
 3. Bastard
 4. Nichts Spricht Wahre Liebe Frei
 5. Wächter
 6. Von Glut Zu Asche
 7. Alptraum
 8. Dein Gott
 9. Schwarz Und Weiss
 10. Supernova

Après 4 albums studio de grande qualité, Stahlmann en 2010, Quecksilber en 2012, Adamant en 2013 et CO2 en 2015, les Allemands de STAHLMANN sont toujours présents sur le devant de la scène indus. Même si on les compare souvent à RAMMSTEIN, au vu de leurs sonorités et de leurs influences manifestes, ils ont su garder leur propre identité et aujourd’hui avec le petit dernier, Bastard, ils s’affirment encore plus.

Certes d’aucuns viendront parler de clône de RAMMSTEIN, mais il n’est pas certain que cela soit toujours le cas, au vu de la qualité musicale, de la recherche profonde et de leur niveau de composition sans cesse grandissant. Les mélodies sont très présentes sur ce nouvel opus et pour preuve, ils distillent leurs titres avec toute la passion nécessaire et la dextérité vocale de Martin SOER fait fureur sur Leitwolf, très rythmé ou sur le hit qu’est Nichts Spricht Wahre Liebe Frei, romantique et mélancolique en diable, à la mélodie poignante, un vrai régal ! Sa qualité vocale, gutturale parfois, est soutenue par des claviers somptueux, un des instruments de prédilection du groupe. Les guitares font fureur aussi sur Judas et je relève un titre très orienté hard rock avec ce riff épatant et surprenant sur Von Glut Zu Asche.

Evidemment Bastard est un titre qui ressemble comme deux gouttes d’eau à du RAMMSTEIN mais cela n’enlève rien à la précision toute allemande de ce morceau fort en gueule. L’album est certes court, 36 minutes, mais sa puissance est phénoménale, sa densité mélodique est incontestable et la grandiloquence de Wächter, Alptraum ou Schwarz Und Weiss donne une impression de maitrise totale. Même si cela reste très classique dans ce genre si particulier mais si émouvant par la grâce et la finesse mélodique, STAHLMANN nous sert là un album riche, énergique aussi, qui amplifie la vague indus allemande et en fait un des groupes fers de lance !

Le final magique et fantastique Supernova résume à lui tout seul la puissance musicale du groupe et sa capacité à proposer une musique forte, rutilante et ô combien magnifique, du grand art, sans contestation aucune !
Franck Leber - 27.07.2017
Musiciens: Martin Soer - chant, programming / Frank Herzig - guitare / Albaz - basse / Max Maschine - batterie
Producteur:
Label: AFM Records
Music Video:
Bastard - Nichts Spricht Wahre Liebe Frei