Autres chroniques

Spread eagle - 1990

Open To The Public - 1993

  Open To The Public - 1993 - Album
 1. Devil's Road
 2. Revolution Maker
 3. Shine
 4. If I Can't Have You...
 5. Fade Away
 6. Preacher Man
 7. King Of The Dogs
 8. Rhythm Machine
 9. High Horses
 10. This Is My World
 11. Faith


Tous les connaisseurs sont unanimes le premier album de Spread Eagle est une très bonne tuerie dans le genre Hard/Heavy, pourtant peu sont les personnes qui parlent de leur second (et malheureusement) dernier album.
 
Spread Eagle a souffert des critiques lors de la sortie de son premier album. Déjà si on traduit littéralement Spread Eagle dans la langue de molière façon argotique, le nom du groupe veut dire « écarte les cannes »…. Sans compter les paroles branchées très trou de balle du premier brûlot, Spread Eagle avait une revanche à prendre. On calme un peu le jeu, on produit mieux et on sort donc « Open To The Public » histoire de montrer à tout le monde que l’on est un vrai putain de bon groupe de hard. Pas de chance, les modes ont changé en 1993…
 
Longue intro façon rattlesnake, « Devil’s Road » déboule. Véritable hymne biker, cette chanson coule toute seule dans l’oreille, gros refrain et riff qui tue. Tout est là avec un break final bluesy en diable qui s’accélère façon Mötley période « Girls Girls Girls »
 
« Revolution Maker » est plus sleaze dans la lignée de leur premier album et plaira à tout ceux qui ont adoré leur premier brûlot !
 
« Shine » est plus lent, bien ficelé et produit. Débutant comme une fausse balade, le riff sleaze arrive et est dans la lignée de Guns période Appetite.
 
« If I Can’t Have You » est LE moment fort de l’album. Riff sleaze voire heavy, il plaira a tous les fans de Guns et de Skid Row. A noter un solo de folie et un break pré refrain chanté façon Alice In Chains très réussi.
 
« Fade Away » est une ballade très réussie un peu countrisante. Les paroles ne sont pas trop niaises et on l’on apprécie cette pause bienvenue après la tuerie précédente.
 
« Preacher Man » et son côté sudiste bien digéré est leur « Dead Horse ». A noter ici que lorsque cela s’énerve on pense plus volontiers à Aerosmith avec ses légers saxophones. Très bon morceau festif qui fait taper du pied.
 
Très réussi, « King Of The Dogs » commence calmement avec une longue intro de basse puis s’énerve avec un riff à la Guns qui fait très mal où ça passe. Et s’énerve de nouveau vers 2m40 avec un riff thrash qui te fait headbanguer comme un sauvage.
 
« Rythm Machine » est plus funky à la croisée d’Extreme, de Guns (encore!) et Aerosmith. A écouter en boucle !
 
« High Horse » et « This is My World » sont des morceaux qui sentent le remplissage et n’apportent rien.
 
« Faith » est une belle ballade très bien écrite qui conclu très bien l’album avec un gros refrain qui reste dans le crane pendant des jours. Ceux qui aiment les Stones période « Sticky Fingers » ou « Exile » trouveront leur compte et seront ravis.
 
Même si cet album est en final un (très léger) cran en dessous de leur premier, il est très réussi et mérite que l’on se penche dessus d’urgence. Le tout est très bien produit et fait partie des albums qui doivent être réhabilités d’urgence ! 
Nikki - 09.06.2017
Musiciens: Ray West - chant / Paul Dibartolo - guitare / Rob Deluca - basse / Tommi Callo - batterie
Producteur:
Charlie Gambetta
Label:
MCA Records
Music Video: