Autres chroniques

Badmotorfinger - 1991

Superunknow - 1994

  Badmotorfinger - 24.09.1991 - Album
 1. Rusty Cage
 2. Outshined
 3. Slaves & Bulldozer
 4. Jesus Christ Pose
 5. Face Pollution
 6. Somewhere
 7. Searching With My Good Eye Closed
 8. Room A Thousand Years Wide
 9. Mind Riot
 10. Drawing Flies

11. Holy Water
12. New Damage
Le succès du premier album d’Alice In Chains a jeté un coup de projecteur sur la scène de Seattle. Du coup Soundgarden, qui n’a connu jusqu’alors qu’un succès d’estime, décide de frapper un grand coup avec leur troisième album. Un album qui marque aussi l'arrivée du bassiste Ben Shepherd, remplaçant le co-fondateur Hiro Yamamoto. Tous ces éléments font de Badmotorfinger l’album de transition de Soundgarden, jusqu’alors un groupe plus ou moins underground fortement inspiré par Black Sabbath et Led Zeppelin, qui va devenir l’un des leaders de la scène rock des années 90 et l’un de ses représentants les plus originaux. En effet, tout en restant fidèle à ses racines, le groupe va se mettre à complexifier ses compositions et à acquérir une véritable personnalité.

Quelques notes avec feedback, un rythme échevelé et un riff rouleau-compresseur, « Rusty Cage » met tout de suite tout le monde d’accord. Un morceau qui semble parfait pour les pogos et autres stage diving qui deviennent des incontournables des concerts à l’époque. « Outshined » et son riff pachydermique prend le contre pied du morceau précédent. Lourd, lent mais toujours ce côté un peu hypnotique qui est la marque de fabrique de Soundgarden. « Slaves & Bludozers » aurait peu être composé par le Black Sabbath de la grande époque tant l’influence est évidente, si ce n’est que Chris Cornell a des capacités vocales dont Ozzy Osbourne n’a jamais pu rêver. S’en suit ce qui est sans doute LE morceau de Soudgarden (oui, oui, oubliez l’ennuyeux « Black Hole Sun »): « Jesus Christ Pose ». Un rythme infernale de la part de Matt Cameron (le meilleur batteur de sa génération ? peut-être bien.), des parties guitares bien senties, un Cornell au top comme toujours et une basse bien lourde qui viendra même mettre un point final jouissif à ce chef d’oeuvre (je pèse mes mots !). Difficile de suivre après un tel titre. « Face Pollution » s’en sort honorablement et est un autre titre bien rythmé. Si « Somewhere » marque moins, le psychédélique « Searching With My Good Eye Close » est un autre grand moment de l’album. « Room A Thousand Years Wide » est un autre titre Heavy planant qui préfigure le tournant que prendra Soundgarden sur l’album suivant. Planant, c’est également ce qu’on ressent à l’écoute de « Mind Riot » où le travail tout en subtilité de Cameron est encore une fois remarquable. « Drawning Flies » est une nouvelle occasion pour le groupe de montrer ses influences 70’s, même si le titre marque moins. Tout comme « Holy Water » et « New Damage ». Des bons titres, incontestablement, mais qui marquent moins les esprits que la première partie de l’album (qui il faut dire frappait très très fort).

Avec Badmotorfinger, Soundgarden a sorti ce qui restera son meilleur album. Et même si la fin est un peu en deçà (ce qui pourrait donner quelques sensations de longueurs), on reste quand même dans un très bon niveau. L’album eu à la fois la chance et la malchance de sortir après les ras de marée que furent « Nevermind » de Nirvana et « Ten » de Pearl Jam. Du coup, il bénéficia de l’effet de mode qui transforma tout ce qui sortait de Seattle en mine d’or, mais en même temps, il fut un peu étouffé par le carton que firent ces deux albums. Il faudra donc attendre l’album suivant pour que le succès du groupe puisse rivaliser (voir même dépasser) avec celui de ses compatriotes.
The Wicker Man - 14.06.2017
Musiciens: Chris Cornell - chant, guitare / Kim Thayil - guitare / Ben Shepherd - basse / Matt Cameron - batterie
Producteur: Terry Date, Soundgarden
Label: A&M Records
Music Video:
Jesus Christ Pose - Outshined - Rusty Cage