Autres chroniques

A Time Nevercome - 2001

Scent of human desire - 2003

Sweet Blood Theory - 2008

The nature of time - 2017

  The nature of time - 02.06.2017 - Album
 Chapter I - Genesis
 1. Intermission
 2. The Calling
 Chapter II - The Seven Virtues
 3. Love
 4. Courage
 5. Kindness
 6. Honesty
 7. Faith
 8. Reliance
 9. Commitment

Chapter III - The New Dawn
10. The Awakening
Chapter IV - The Way
11. The New Beginning
Ecrire une chronique dans le cadre d’un site comme Hard Rock 80 peut se révéler un exercice de style intéressant lorsqu’il s’agit de parler d’un groupe dont on ne connaissait strictement rien avant l’écoute du disque. C’est le cas ici. Secret Sphere est un groupe de Metal Symphonique comme on en a vu fleurir beaucoup en Europe à la fin des années 90. Pour le coup, le groupe est issu d’Italie, comme Rhapsody (Of Fire), le groupe phare du style. En vingt ans de carrières, le groupe ne s’est pas vraiment distingué de la masse et il est fort probable qu’à moins d’être fan du genre ce nom ne vous dise pas grand chose. Détail amusant, Michele Luppi, le chanteur (qui a remplacé le co-fondateur Roberto Messina en 2012) est depuis fin 2015 aux claviers chez Whitesnake, ce qui au final n’est pas si étonnant vu que les deux groupes sont signés chez Frontiers Records.

Après une intro, incontournable dans ce genre de musique, « The Calling » ouvre les hostilités et nous offre tous les clichés du style: riffs et percussions puissants, nappes de claviers singeant un orchestre, vocaux un peu grandiloquents (avec l’accent italien qui accentue l’aspect un peu kitsch).  Si « Love » nous montre un aspect un peu plus mélodique, « Courage » avec son rythme effréné est un titre de Metal Symphonique comme on se l’imagine. Et en gros, l’album se partage entre ses deux tendances avec plus ou moins de bonheur. Le meilleur moment est à mon sens l’instrumental « Commitment » qui offre une musique un peu plus varié que sur le reste du disque, allant plutôt du côté du Metal Progressif que du côté du Metal Symphonique, et surtout sans le chant kitsch.

Au final, l’album marque assez peu. On ne peut nier le travail accompli par le groupe, mais il faut avouer que rien ne retient vraiment l’esprit. Ne connaissant pas la discographie de Secret Sphere, difficile de mettre cet album en comparaison et savoir si le groupe a progressé ou au contraire stagné depuis ses débuts. Mais, comme souvent chez les sorties Frontières (même si ici on est dans le cas du Metal Symphonique et non de l’AOR et du Hard Mélodique), les amateurs du genre y trouveront leur compte, tandis que les autres passeront leur chemin.
The Wicker Man - 27.05.2017
Musiciens: Michele Luppi - chant / Aldo Lonobile - guitare / Andrea Buratto - basse / Gabriele Ciaccia - claviers /Marco Lazzarini - batterie
Producteur:
Label: Frontiers records
Music Video:
The Calling