Autres chroniques

Rattleshake - 2012

  Rattleshake - 2012 - Album
 1. Shootin' Whiskey
 2. Gypsy Queen
 3. Take Me Down
 4. Mudbone Delight
 5. Jump On Me
 6. Never Say Goodbye
 7. Rattleshake Boogie

A l'instar de Suncity, Eonian Records est un label (en provenance des USA, celui-là) qui a pris l'initiative d'exhumer des disques de Hard Rock qui n'ont jamais pu être publiés entre la fin des 80's et le début des 90's. Et, justement, RATTLESHAKE fait partie de ces nombreux groupes qui ont eu la malchance de voir leurs enregistrements jamais gravés sur disque durant cette période. Soit parce qu'ils ont été confrontés à une concurrence féroce, soit parce qu'ils n'étaient plus dans l'air du temps. Mais l'Histoire nous apprend que rien n'est jamais définitivement perdu et, grace à l'initiative d'Eonian Records, le combo américain de RATTLESHAKE, qui officiait en tant que quintette à cette époque, voit ses chansons ENFIN gravées sur CD en 2012.

Que peut-on dire de ce disque de RATTLESHAKE ? Déjà, qu'il se digère assez facilement, vu sa courte durée (à peine plus de 28 minutes au compteur). Ensuite, musicalement, RATTLESHAKE officiait sans surprise dans le registre du Hard-Rock US. Un groupe de plus dans ce domaine, me direz-vous ? C'est exact. Les musiciens de ce groupe s'inscrivaient dans l'air du temps et on ne saura jamais quelle direction aurait prise leur carrière par la suite s'ils avaient pu sortir leur CD il y a plus d'une vingtaine d'années.

Toujours est-il que ce disque de RATTLESHAKE, bien que très court, est un condensé de ce qui se faisait au sein du Heavy-Rock US durant son âge d'or. L'ensemble est plutôt punchy, festif, avec une sensibilité bluesy et, au final, suffisamment varié pour qu'on évite de tomber dans l'ennui. Le tout est porté par la voix d'un certain Don McBee, dont les intonations sont assez proches de celles de Jason McMaster (DANGEROUS TOYS, BROKEN TEETH et, accessoirement, ex-WATCHTOWER et diverses autres choses). Du Sleaze-Rock ? On en trouve sur cette galette avec le cru et sauvage "Shootin' Whiskey", sorte de boulet de canon parfaitement dans le créneau des GUNS N' ROSES, DANGEROUS TOYS, voire MÖTLEY CRÜE qui dépote sévèrement en mettant bien en avant les vocaux criards du vocaliste (Don McBee). Je dirai même que ce titre, qui ouvre l'album, est le meilleur de l'album (c'est un avis personnel). Du Big-Rock qui secoue, comme VAN HALEN en faisait si brillamment du temps de David Lee Roth, RATTLESHAKE nous en donne avec "Rattleshake Boogie", très teinté Boogie comme le titre l'indique si bien, qui s'apparente à une jam appuyée par une rythmique groovy. Du Hard bluesy ? C'est ce qu'on trouve principalement sur cette galette, ce qui constitue son fil conducteur. La preuve avec le mid-tempo "Gypsy Queen", à la fois groovy et mélodique, et le swinguant "Take Me Down" qui fait taper du pied, 2 titres qu'on peut situer dans la veine des CINDERELLA, GREAT WHITE et BADLANDS. Enfin, on n'omettra pas de mentionner "Mudbone Delight", un mid-tempo tantôt électrique, tantôt acoustique qui tangue entre Folk et Blues et voix le chanteur moduler sa voix plus qu'à l'accoutumée: si le refrain correspond complètement aux canons du Big-Rock/Hair-Metal US tel qu'on l'a connu à l'époque, le solo de gratte acoustique prend l'auditeur par surprise tant il est de toute beauté et inattendu. Voilà précisément le genre de titre qui, de surcroit placé judicieusement au milieu du CD, s'écarte un peu des sentiers battus et aurait pu servir de base pour d'éventuelles futures expérimentations si la carrière du groupe ne s'était pas interrompue (mais, là, on dans le domaine des hypothèses et on ne refera pas le monde).

La vraie ballade de l'album, l'acoustique "Never Say Goodbye", est par contre très quelconque, sans éclat et j'oserai même dire qu'elle manque cruellement d'inspiration. Pour être plus concret, cette ballade est calquée sur ce que faisaient des centaines et des centaines de groupes de Glam à la fin des 80's/début des 90's. Sur le moment, on pense à TUFF et PRETTY BOY FLOYD qui, pour être franc, n'étaient pas les plus doués en la matière (surtout les seconds nommés). Dans un autre registre, "Jump On Me" qui alterne d'une part passages calmes, aériens et d'autre part, moments plus résolument Rock, est une compo très approximative, poussive. Difficile de savoir s'il s'agissait d'une tentative expérimentale ou pas de la part du groupe, mais toujours est-il que ce titre n'est vraiment pas le plus marquant de ce disque.

En fin de compte, ce disque de RATTLESHAKE n'est sans doute pas à emporter sur une île déserte, mais il ne fait pas tâche dans une collection de disques estampillés Hard Rock US. C'est sûr, l'originalité n'est pas le point fort de cet album. Il manquait peut-être à ce groupe un peu plus de personnalité, mais à la décharge de celui-ci, il n'avait peut-être pas le temps de développer cet aspect. Ceci dit, cet album renferme quand même quelques moments, "Shootin' Whiskey" et "Mudbone Delight" constituant de mon point de vue les highlights de celui-ci. Qui plus est, la production est convenable, ici. Au final, c'est un bon 7/10 (ou pour chipoter, un 6,75 arrondi à 7) bien tassé que mérite ce disque.
Trendkill - 22.08.2017
Musiciens: Don McBee - chant / Mark Freseman - guitare / Ralph Longo - guitare / Bryan Lujan - basse / Steve Fletcher - batterie
Producteur: Rob Beaton & Rattleshake
Label: Eonian Records
Music Video: