Autres chroniques

Invasion - 1980

Metal - 1982

Crystal Logic - 1983

Open The Gates - 1985

The Deluge - 1986

To kill a king - 2017

  To Kill A King - 30.06.2017 - Album
 1. To Kill A King
 2. Conqueror
 3. Never Again
 4. The Arena
 5. In The Wake
 6. The Talisman
 7. The Other Side
 8. Castle Of The Devil
 9. Ghost Warriors
 10. Blood Island
 

S’il y a bien un groupe passé à côté de la gloire éternelle et condamné à la 2ème classe, c’est bien MANILLA ROAD. Ce précurseur de l’épic metal américain teinté de doom a en effet sorti son premier album nommé Invasion en 1980. Certes MANILLA ROAD a eu son heure de gloire, avec les albums Cristal Logic en 1983, mais aussi avec Open The Gates en 1985, ainsi que The Deluge en 1986. Ces albums étant sortis sur le label français Black Dragons, mais qui a mis la clé sous la porte à la fin des années 80s, comme d’autres d’ailleurs. Et puis le label n’explique pas tout, la production chez MANILLA ROAD n’a jamais été à la hauteur d’une formule 1. Choix artistique ou manque de moyens, le résultat est là. Beaucoup de gens se rappellent de ce groupe américain, mais les croyaient arrêtés depuis bien longtemps. Et puis disons-le, ce groupe ne tient que par la hargne et la passion de son leader emblématique Mark Shelton, seul rescapé de la formation originale.

Ainsi, néanmoins, et malgré ce que j’ai écrit plus haut, MANILLA ROAD sort son 17ème album, intitulé To Kill A King. Avec un titre pareil, nos amis auraient pu évoluer à l’époque de la révolution française. Les références médiévales et plus largement historiques sont omniprésentes chez les ricains, et MANILLA ROAD n’a pratiquement jamais dérogé à cette règle. Cela reste l’univers de Mark Shelton, et la musique du groupe s’accommode fort bien de ce mariage. Le heavy metal épique de MANILLA ROAD est une vraie marque de fabrique, pour finalement en faire le leader du genre, moins recherché par les fans de metal, mais dont un bon paquet en est énormément friand.

Pour la teneur de l’album, MANILLA ROAD est fidèle à lui-même, les titres sont tous signés par Mark Shelton. Cet album s’inscrit dans la continuité de ce que fait ce groupe, de l’épique, de l’épique et toujours de l’épique, en y adjoignant du doom par ci par là, ainsi que de la guitare acoustique dont Mark n’hésite pas à se servir régulièrement, créant ainsi avec les claviers des ambiances dont lui seul a le secret. Précisons par ailleurs que comme à son habitude, MANILLA ROAD parsème largement sa musique d’envolées guitaristiques toujours parfaites, voir jouissives. Dans sa globalité, c’est un très bon album, ni meilleur ni moins bon que les précédents, du travail de qualité qui ravira les fans de la première heure, mais pourquoi pas de nouveaux jeunes auditeurs, mais qui seront je crois moins nombreux que les anciens.

A noté, que Mark Shelton a sorti un magnifique album acoustique en 2016, si des fois vous étiez tentés. Notons aussi pour les collectionneurs que ce To Kill A King sort bien évidemment en vinyle, mais qu’il est vendu avec le CD. Pas de raisons donc de ne pas se faire plaisir avec ce très bon album. MANILLA ROAD is on the road again ! qu’on se le dise !
VolumenBrutal 24.07.2017
Musiciens: Bryan "Hellroadie" Patrick - chant / Mark Shelton - guitare / Phil Ross - basse / Andreas Neuderth - batterie
Producteur:
Label: Golden Core Records
Music Video: