Autres chroniques

Burn My Eyes - 1994

HellaLive - 2003

The Blackening - 2007

  Burn My Eyes - 09.08.1994 - Album
 1. Davidian
 2. Old
 3. A Thousand Lies
 4. None But My Own
 5. The Rage To Overcome
 6. Death Church
 7. A Nation On Fire
 8. Blood For Blood
 9. I'm Your God Now
 10. Real Eyes, Realize, Real Lies
 11. Block

« Burn My Eyes » est le tout premier album du combo de Oakland. C’est aussi, malgré la grande qualité de leur discographie, le chef d’œuvre ultime du groupe. Ce monument, gravé digitalement sur une galette en 1994, est d’une qualité incroyable et sonne toujours aussi actuel en 2017. Pourquoi ? Parce que « Burn My Eyes » est de ces albums. Un album intemporel et parfait.
Ce fut d’ailleurs, à l’époque, le 1er album d’un groupe qui vendit autant de disques (soit environ 400.000) pour leur taulier Roadrunner (avant que Slipknot arrive…)
 
Après avoir quitté les (excellents) second couteaux de la Bay Area Forbidden et Vio-lence, Rob Flynt (guitare/chant bourru) et Adam Duce (basse) finissent par recruter Logan Mader (lead guitare) et Kris Kontos (mes enfants quel jeu de batterie!) pour former Machine Head.
 
L’album commence fort, très fort même, avec ce « Davidian » qui dès la première écoute devient instantanément un classique absolu pour son auditeur. Tout est parfait : production en béton, musiciens au somment de leur art, énorme refrain façon hymne RIEN à jeter. Cette violence musicale narre le terrible siège de Waco Texas par la secte des davidiens. On se demande comment le groupe va faire pour garantir une qualité constante pendant tout l’album… et on ne sera pas déçu au contraire car RIEN est à jeter sur ce « Burn My Eyes ».
 
2nd classique « Old » dans un mélange parfait entre Slayer et Pantera reste à ce jour une des toutes meilleures tueries power thrash de tous les temps, ni plus ni moins.
 
Avec sa longue intro montant en crescendo, « A Thousand Lies » montre que le groupe a déjà sa propre identité. Gros riff groovy au possible et ses lignes de chants variées et recherchées, le groupe invite chacun à suivre sa propre voix et de ne pas suivre ce que les différents types d’autorités (religieuses ou politiques) nous disent de faire.
 
Les « None But My Own » et « The Rage To Overcome » (et son gros riff à la Slayer accord-du-diable) traitent des sujets épineux du harcèlement physique et moral. Le groupe est engagé. Musicalement ? Ça fait mal très mal. Ces deux titres tapent fort. Vous aurez aussi probablement mal aux cervicales;)
 
« Death Church » est ni plus ni moins un gros fuck you adressé à l’Église qui façonne la pensée des gens pour mieux les contrôler. Une fois de plus le groupe nous livre son secret, à savoir une longue intro qui monte crescendo pour finir en apothéose Thrash qui fait mal (ou beaucoup de bien c’est selon les goûts de chacun !)
 
Encore une intro longue mais encore un chef d’œuvre avec « A Nation On Fire » et son gros son de basse. Puis vient un riff tranchant comme un rasoir qui tranche le jambon comme seul le charcutier sait le faire. A noter en fin de morceau un thrasherie speed intense qui vous rendra dingue !
 
Gros thrash qui tâche, « Blood For Blood » est taillé sur mesure pour du headbanging sauvage voire un pogo démentiel en fosse.
 
Petite pause dans ce monde de brutes (quoique...), « I Am Your God Now » traite lui de l’addiction aux drogues. On peut apprécier les qualités sous estimées au chant de Rob Flynt avec ce titre émotionnel. Mention bien aussi aux roulements de caisse claire par Kris Kontos. Assurément un des moments les plus forts de ce « Burn My Eyes » qui en compte tant.
 
« Real Eyes Realise Real Lies » au delà du jeu de mot est une courte séquence thrashisante avec des samples de la radio de la police de LA pendant les grosses émeutes raciales de 1992.
 
Dernière tuerie au groove redoutable « Block » enfoncera le clou et vous vous direz mon dieu, oh mon dieu (même si vous êtes pas croyant!) comment on peut faire des albums de cette qualité ? Et bien petit, on s’appelle Machine Head !
Nikki - 06.09.2017
Musiciens: Robb Flynn - chant, guitare / Logan Mader - guitare / Adam Duce - basse / Chris Kontos - batterie
Producteur: Colin Richardson
Label: Roadrunner Records
Music Video:
Davidian - Old