Autres chroniques

Gotta Get Back To New York City - 2015

  Gotta Get Back To New York City - 2015 - Album
 1. Get Back To New York City
 2. Cut At The Knees
 3. Down This Road
 4. Really Good Feeling
 5. Queen Of The Streets
 6. Together
 7. Life On The Breadline
 8. Personal Matter
 

Il semblerait que ça bouge beaucoup dans l'underground du Rock américain. En effet, on voit fleurir de nombreux jeunes combos déterminés et désireux de renouer avec les racines du Rock, voire du Hard Rock américain.Il faut dire que depuis plus de 20 ans, celui-ci a tellement perdu de sa superbe, s'est tellement fourvoyé en empruntant des directions menant nulle part qu'il est tombé en disgrâce, au point d'avoir été relégué en Seconde, voire Troisième Division. Oh, il y a/avait bien quelques groupes ça et là (BUCKCHERRY, SILVERTIDE, BLACKBERRY SMOKE entre autres) pour tenter de rallumer la flamme. Mais il en faudrait davantage pour faire sauter les verrous qui enferment l'industrie musicale US. Même s'il faudra beaucoup de temps au (Hard) Rock américain pour retrouver sa gloire et sa splendeur d'antan, même si la concurrence à échelle mondiale est devenue beaucoup plus féroce (mondialisation oblige), on peut toutefois avoir quelques raisons d'espérer car, aux 4 coins du pays de l'Oncle Sam, plusieurs jeunes pousses s'emploient à revenir aux fondamentaux du Rock n' Roll avec une sincérité qui ne fait aucun doute. Quelques noms en vrac: BITERS, SALEMS LOTT, BRIMSTONE COVEN, WHISKEY MYERS, THE TIP (liste non exhaustive).

A tous ces noms, on peut sans problème rajouter celui de DR. BOOGIE (à ne pas confondre avec BOOGIE STUFF, combo allemand). Ce quartette originaire de Los Angeles a sorti en 2015 son premier album studio intitulé "Gotta Get Back To New York City" sur le label Dead Beat Records. Pour ses débuts discographiques, DR. BOOGIE a choisi la simplicité en proposant une galette de 8 titres avec une durée totale de 32 minutes. Ah, il n'y a pas à dire, on est très loin des 90's, période pendant laquelle les albums pouvaient durer une éternité sans pour autant gagner en efficacité (remember "Load" de METALLICA ou "Roots" de SEPULTURA, pour ne citer que 2 exemples). Pour revenir à DR. BOOGIE, ce combo a décidé d'aller directement à l'essentiel et propose sur son premier album un Hard Rock n' Roll Boogie teinté de Glam au très fort parfum 70's et, de surcroit, avec un piano très présent. Dans sa bio, DR. BOOGIE revendique comme influences les NEW YORK DOLLS, les STOOGES, les ROLLING STONES, AEROSMITH. Et, à l'écoute de leur skeud, force est de constater qu'il n'y a pas la moindre tromperie sur la marchandise. Bon, il faut dire que la pochette mettait déjà bien la puce à l'oreille. Je dirai même plus: on a carrément l'impression, par moments, de voir le fantôme du AEROSMITH de la première moitié des 70's. Comme références plus "récentes", on peut aussi percevoir ça et là les influences des DOGS D'AMOUR et des QUIREBOYS.

Et DR. BOOGIE ne pouvait pas mieux démarrer avec "Get Back To New York City", un hymne Hard Rock n' Roll Boogie enjoué, endiablé avec un chanteur (Chris P) qui crache ses tripes. Que dis-je, c'est un véritable feu d'artifice égayé par un piano virevoltant qui célèbre les heures glorieuses des 70's avec une telle conviction, un tel aplomb qu'on ne peut que succomber à ce titre on ne peut plus fédérateur qui, on le souhaite fortement, pourrait faire le bonheur des stations de radio Classic-Rock dans quelques décennies. Le problème, c'est qu'après avoir balancé une telle salve dans la tronche (ou dans les esgourdes, au choix) des auditeurs, il est difficile de confirmer, de se maintenir à un tel niveau tout au long de l'album. Un tel brûlot, et cela s'est vérifié à maintes reprises dans l'Histoire du Rock, a tendance à occulter tout le reste d'un album.

Et, même si DR. BOOGIE ne démérite pas sur l'ensemble de l'album, la suite n'est pas aussi dantesque. Le jeune quartette américain s'est tout de même fendu de quelques bons titres qui méritent qu'on s'y attarde comme le mid-tempo "Cut At The Knees" avec son côté roots assez carnassier et son refrain accrocheur, "Down This Road", dont l'intro renvoie aux racines du Rockabilly, qui aurait tout aussi bien pu figurer sur un opus des STONES période fin 60's/début 70's et qui, de surcroit, se distingue par son final enrobé d'harmonica et d'un saxophone bien senti. Autre bon titre, qui conclut de manière positive cet album: le mid-tempo jouissif et contagieux "Personal Matter" qui fait taper du pied et s'inscrit dans la lignée de ce que faisait AEROSMITH à l'époque de Draw The Line", mais avec toutefois la petite touche personnelle du groupe en guise de valeur ajoutée qui indique que si ce jeune quartette tend à davantage affirmer sa personnalité dans le futur, il pourrait s'épanouir de manière éblouissante. Quoi qu'il en soit, il y a fort à parier que Steven Tyler et Joe Perry applaudiraient des 2 mains ce titre s'ils l'entendaient. Quand à la ballade de l'album, "Together", elle est agréable à écouter et se situe dans la continuité de ce que faisaient les STONES, Rod STEWART, voire certains groupes de Big-Rock/Hair-Metal avec ce feeling bluesy si savoureux. Oh, ce n'est pas une ballade transcendante susceptible de mettre les charts mondiaux sens dessus-dessous, mais au moins, elle ne tombe pas dans le gnan-gnan.

Les autres titres sont trop conventionnels, pas assez marquants pour booster un album au potentiel pourtant intéressant. A titre d'exemple, sur "Really Good Feeling", l'ombre des STONES est beaucoup trop envahissante et montre que DR. BOOGIE est un groupe perfectible qui a encore besoin d'effectuer quelques réglages pour mieux s'affirmer. Souhaitons à ce jeune quartette américain d'y parvenir avec le temps...

En conclusion, nous sommes en présence d'un disque globalement plaisant à écouter, assez prometteur, même. Un peu plus de diversité aurait probablement pu constituer un plus appréciable pour l'ensemble de l'album. Et si le fameux "Get Back To New York City" est fabuleux au point de s'affirmer comme LE moment fort de l'album (au point de tutoyer quelques vieux classiques du Rock), il peut aussi devenir un handicap pour l'ensemble de l'album dans la mesure où il a tout pour éclipser les autres titres. C'est ce qu'on appelle une arme à double tranchant. Quoi qu'il en soit, DR. BOOGIE a un certain potentiel et peut être considéré comme un des jeunes groupes américains les plus prometteurs. Make American Rock great again ? Il y a de l'idée derrière ça et, au fond, ce serait plus que souhaitable.
Trendkill - 05.07.2017
Musiciens: Chris P - chant, guitare / Dustin James - guitare / Pat Salway - basse / Luis Herrera - batterie
Producteur:
Label: Dead Beat Records
Music Video: Get Back To New York City - Down This Road - Personal Matter