Autres chroniques

I - 1988

II Lucifuge - 1990

III How to good kill - 1992

IV - 1994

The Lost Tracks - 2007

Black laden crown - 2017

  Black laden crown - 26.05.2017 - Album
 1. Black Laden Crown
 2. Eyes Ripping Fire
 3. Devil On Hwy 9
 4. Last Ride
 5. The Witching Hour
 6. But A Nightmare
 7. Skulls & Daisies
 8. Blackness Falls
 9. Pull The Sun


Style : « Night in black satin ». Echelle de mOX : 180/220.
Un album de Danzig, c'est toujours sombre et noir. C'est rock, très rock aussi. Black Laden Crown, le déjà onzième album du groupe, ne fait pas exception. C'est tellement noir d'ailleurs que ça ressemble plus à une incantation qu'à un disque de rock n'roll. C'est un sabbat !
Dès le deuxième titre de l'album on a, pour ainsi dire envie de sacrifier une vierge. A l'ancienne bien sur, avec tout le décorum : un autel, un poignard grotesque, des disciples masqués etc.
Mais un Black Laden Crown, c'est aussi roll, très roll ! Du genre à faire danser une armée d'adeptes sur du thrash old-school : Eyes Ripping Fire, Devil On Hwy 9, Blackness falls. Trois titres à la fois lourds mais dansants. Oui, on peut faire du thrash lourd et dansant, et pas forcément à grand renfort d'emprunts à d'autres genres musicaux.
En fait, si l'album débute sur un rythme de plomb, il nous rappelle O'combien les Misfits ont eu une influence majeure sur la scène thrash californienne (Samhain aussi). Les secondes parties de Black Laden Crown et de But a nightmare ne sont pas sans rappeler le genre de riffs hypnotiques que Metallica écrivait à ses débuts.
Glenn joue donc du thrash, du doom mais également du blues. Tommy Victor aussi ! L'ex-guitariste de Prong nous offre de très belles parties de guitares tout au long de l'album. Outre des rythmiques à l'ancienne dont il entretient la tradition, il s'illustre encore à maintes reprises comme un soliste classique particulièrement talentueux. Finalement, à l'écoute de Last ride, Pull the sun et de Witching hour on comprend que Black Laden Crown n'est rien moins qu'un album de blues. Ne vous sauvez pas en courant, tout ceci demeure très électrique et n'a rien à voir avec le delta-blues. Encore que la voix géniale de Glenn Danzig s’accommoderait sans nul doute à merveille de ce répertoire. Après tout, ça reste la musique du diable.
A ce propos, je vous éviterai les poncifs du genre : réincarnation de la voix de Jim Morrison, réincarnation de celle d'Elvis etc. Le pionnier du punk hardcore californien est bien plus qu'un escroc merveilleux. Tout le contraire d'un charlatan ! Si le premier album de Danzig dissimulait une reprise de Free (The Hunter), ici le Prince Adam du dark metal recycle le riff de 20th Century fox de T-rex. Clin d'oeil génial à un autre animal rock aujourd'hui disparu dont Glenn Danzig est un peu l'antithèse. Que dis-je l'antéchrist !
Un album de Danzig, c'est toujours sombre et noir. Paraît qu'une nouvelle saison de Twin Peaks va voir le jour prochainement. Et bien, on sait désormais sur quoi Laura Palmer va pouvoir danser.
mOX - 16.05.2017
PS : C'est quoi cette pochette hideuse ?
Musiciens: Glenn Danzig - chant, guitare / Tommy Victor - guitare, basse / Joey Castillo - batterie / Johnny Kelly - batterie / Karl Rockfist - batterie / Dirk Verbeuren - batterie
Producteur:
Glenn Danzig
Label: Evilive Records / Nuclear Blast
Music Video: