Autres chroniques

Aftershock - 2016

  Aftershock - 18.03.2016 - Album
 1. Get On Top
 2. Mystic River
 3. Save Me
 4. Aftershock
 5. Black Rain
 6. Keep Holding On
 7. Bridge to a Broken Heart
 8. Freakshow
 9. Homeland
 10. Anthem of the World
 11. Absinthia
 

BRIDGEVILLE est le projet fondé par Martin Steene, chanteur du combo danois IRON FIRE. Ceci dit, ceux qui s'attendraient éventuellement à avoir affaire à un énième combo de Heavy/Power-Metal (à l'instar de IRON FIRE) en seront pour leurs frais. En effet, BRIDGEVILLE oeuvre plutôt dans une veine Hard mélodique teintée de relents Hard FM/AOR et tirant occasionnellement vers le Heavy mélodique (l'ombre de PRETTY MAIDS n'est jamais très loin). Et dans le fond, ce n'est guère surprenant lorsqu'on sait que les musiciens qui entourent Martin Steene ont fait leurs armes au sein de ABSINTH, un combo issu de l'underground du Rock norvégien.

Et leur premier album, "Aftershock", s'inscrit dans la tradition du Hard Rock mélodique typiquement 80's, mais avec une production plus actualisée, limpide et sans les mauvais côtés qu'on pouvait déceler à l'époque (par exemple, trop de reverb dans la batterie). Pour être plus précis, ce premier opus de BRIDGEVILLE se situe à mi-chemin entre BON JOVI (celui des 80's) et PRETTY MAIDS. Voilà qui est fort intéressant sur le papier.

Oscillant habilement entre Hard FM, Hard Rock et Metal mélodique, BRIDGEVILLE délivre des compos solides. A ce petit jeu, 2 titres semblent se détacher du lot: "Aftershock", qui évolue dans les sphères d'un Metal mélodique moderne enrobé de quelques notes de piano et sur lequel la basse se fait plus présente, plus pesante qu'à l'accoutumée (notamment sur les couplets) et qui se voit boosté par un refrain killer, stratosphérique. Et puis, en fin d'album, "Absinthia", un brûlot qui fait taper du pied et rappelle les meilleurs moments que proposaient les BON JOVI et DANGER DANGER au temps de leur splendeur. Avec ses couplets et son refrain parfaitement au poil, ce titre aurait certainement cartonné dans les 80's. Pour le reste, si ça n'atteint pas les mêmes sommets, ça reste globalement d'un assez bon niveau et BRIDGEVILLE fait convenablement le taf. L'ensemble de ce "Aftershock" est très mid-tempo. L'énergique "Get On Top", en parfait équilibre entre énergie et mélodie, attire l'attention sur le fait son refrain lent contraster avec ses couplets plus vigoureux, plus punchys, ainsi que le solo de guitare qui sert de colonne vertébrale au titre. Quand à "Save Me", enjoué et exécuté sur un rythme syncopé (comme dirait Christopher Walken: "needs more cowbell"), c'est un titre tubesque au possible qui aurait très bien pu figurer sur un album de POISON. Dans un registre plus musclé, plus féroce, on ne sera pas insensible à "Black Rain", plus Heavy et tapageur qu'à l'accoutumée avec en plus ses chœurs d'une efficacité redoutable sur le refrain, ainsi qu'à "Freakshow" avec son refrain déchainé et ses chœurs offensifs dignes de ce qui se faisait de mieux dans ce registre dans les 80's. Dans une moindre mesure, on mentionnera le refrain imparable de "Mystic River" qui booste un mid-tempo de facture conventionnelle à la base.

En revanche, ce premier album de BRIDGEVILLE comporte aussi son lot de titres moins inspirés. Avec "Keep Holding On", par exemple, on nage en plein dans le Hard FM trop téléphoné, trop sucré avec ces chœurs gnan-gnan qui gâchent ce titre. Quand à la ballade de l'album, "Bridge To A Broken Heart", située en 7ème position sur le disque, elle est de facture on ne peut plus classique et ne propose rien de surprenant, d'exceptionnel. A la limite, elle passerait presque inaperçue sur l'album tant elle ressemble à des millions de ballades déjà proposées dans le genre.

Au final, BRIDGEVILLE s'est fendu d'un disque tout à fait convenable, bien servi par la voix chaude du chanteur (Martin Steene), tantôt mélodique, tantôt éraillée, ainsi que des solos de guitare au poil et des refrains bien trouvés. Bien sûr, ce premier album ne révolutionne en rien le Hard Rock mélodique, il n'aura sans doute pas une durée de vie exceptionnelle. Toutefois, ce "Aftershock" devrait ravir les amateurs du genre, d'autant que tout est très bien en place. Je dirai même que ce premier album de BRIDGEVILLE est le genre de disque que BON JOVI n'arrive plus à faire depuis "These Days".
Trendkill - 04.07.2017
Musiciens: Martin Steene - chant / Erik Norheim - guitare / Kenneth Jacobsen - guitare / Roger Svenkesen - basse / Thomas Furuvald - batterie
Producteur: Jacob Hansen & Tommy Hansen
Label: Crime Records
Music Video: Bridge To A Broken Heart