Autres chroniques

Cardinal One - 2017

  Cardinal One - 24.03.2017 - Ep
 1. The Morgue (Nasty Savage cover)
 2. Hot ‘n’ Ready (UFO cover)
 3. March of the Machine Elves
 4. Top of the Bill (Scorpions cover)
 5. Return to the Garden of Temptation
 6. No Sympathy (Nasty Savage cover)


Ma voisine Véronique aime le catch, son appartement au Touquet, et son petit chien qui lui rend bien. Quand elle sort Katioucha (comme les armes soviétiques, oui c'est ça !), Véronique n'a pas son pareil pour haranguer le premier venu et détourner son attention avec ses interminables réflexions philosophiques ; pendant ce temps-là, son chien déguste vos enfants.
Véronique est convaincue que le monde entier nous copie et rappelle par exemple qu'avant de devenir l'apanage de la middle-class américaine, le catch était une discipline particulièrement populaire en France ; gamine elle était secrètement amoureuse de l'Ange Blanc Véro !

J'ai voulu faire le malin et lui ai demandé si elle connaît Chris Jericho. « Le champion de la WWE ? Bien sur que je le connais. Et plutôt bien même, il officie également comme chanteur de Fozzy ! ». Elle m'apprend dans la foulée qu'avec David Austin (ex Nasty Savage) et Ed Aborn (Intersonic Cyber Symphony), ils ont fondé en 2015 à Miami, un collectif baptisé Blood Divisions au sein duquel officie d'anciennes gloires locales de l'extreme : Terry Butler et Ken Andrews (Obituary), Ralph Santolla (Deicide), Jerry Mortellaro (Diabolic). Todd C. Grubbs (Todd Grupps Group), John D Fronza (Voyage of Slaves), Bill Owen (Purgatory) etc. Un collectif à vocation caritative qui amasse des fonds pour la cause canidée. Du coup, elle m'explique aussi que Miami, c'est le clone américain du Touquet : une station balnéaire arpentée par des cohortes de retraités qui aime les petits chiens !
Bref, je l'ai saluée et je suis allé jeter une oreille sur Cardinal one, le nouvel ep 6 titres du groupe. Parmi les quatre reprises incluses, deux titres sont puisés dans le répertoire de Nasty Savage. Extrait du premier album éponyme des célèbres thrashers floridiens, The Morgue ouvre l'album un peu à la façon du be-all end-all d'Anthrax tandis que No Sympathy le clôture dans le plus pur esprit thrash 80's. Grâce à l'excellent travail d'Andy Wallace, les versions d'Hot n'ready (UFO) et de Top of the bill (Scorpions) complètent la liste des reprises sans dénoter, mêlant agréablement l'esprit du hard 80's à celui de la décennie précédente.
« Katioucha, rends le mollet de mon fils s'il te plaît ! ».
Return to the Garden of temptation, la seconde composition originale du collectif est un instrumental aérien comme en propose par exemple Steve Vaï. Tout à fait surprenant quand on sait qui officie aux guitares. Mais le titre le plus surprenant de l'album, et celui qui justifie à lui seul son acquisition, est sans nul doute March of the machines elves. Cet incroyable instrumental de plus de 7 minutes évoque Fishbone, le thrash-fusion de Mordred, le metal progressif du Trans-Siberian Orchestra, le Death metal d'Obituary etc. sans jamais tomber ni dans la démesure ni dans le rébarbatif.

Finalement, c'est Véronique qui a raison. A Miami, les retraités aiment les petits chiens. ...Mais du coup, il jouait dans quel groupe l'Ange Blanc ?
mOX - 27.04.2017
Musiciens: Chris Jericho - chant / David Austin - guitare / Ed Aborn -
Producteur:
Label: Metal Blade Records
Music Video: