Autres chroniques

Black Tora - 2014

  Black Tora - 2014 - Album
 1. Attack
 2. Hearts On Fire
 3. Feed My Ego
 4. Freedom Rider
 5. Fuel My Hunger
 6. Break Down The Wall
 7. Born To Play Loud
 8. The Rocker


BLACK TORA fait partie de ces jeunes groupes qui essaient de redorer le blason du Hard Rock américain, celui-ci ayant été débordé (et ce n'est rien de l'écrire !) par son homologue européen durant la seconde moitié des 90's et au début des années 2000.  Evoluant en tant que power-trio, ce jeune groupe originaire du Texas avait fait ses débuts discographiques en 2009 avec un premier album ("Rise Of The Tora") en guise de carte de visite, suivi 3 ans plus tard d'un EP de 5 titres intitulé "Raise Your Fists". Il faut donc attendre l'année 2014 pour voir BLACK TORA sortir son second album sobrement intitulé "Black Tora". Et lorsque ce disque éponyme sort,la première impression visuelle est plutôt positive: la pochette est assez réussie, laissant supposer que ce jeune groupe a une forte envie d'en découdre. Bref, il s'en dégage quelque chose et l'on a hâte d'en savoir plus concernant le contenu.

Si les précédentes réalisations de BLACK TORA avaient vu celui-ci oeuvrer dans un Heavy-Rock lorgnant ouvertement vers le Metal pur et dur, cet opus-là accentue davantage le côté Hard Rock, voire Classic-Rock. On a même carrément l'impression de (re)découvrir un disque qui serait sorti dans les 80's sans que personne ne s'en soit jamais aperçu. Toutefois, un détail, outre le jeune âge des musiciens, distingue cet album des productions qui avaient vu le jour dans les 80's: la production qui sonne assez moderne. De surcroit, on ne trouve pas de trace de reverb dans les parties de batterie et, en toute franchise, on ne va pas s'en plaindre. Mais une seule écoute de ce second effort de BLACK TORA suffit pour nous plonger environ 30 ans en arrière: les riffs de guitare, les soli, le sens de la mélodie qui fait mouche, les choeurs sur les refrains. Même les titres de l'album parlent d'eux-mêmes (Cf. voir la tracklist de l'album). Donc, BLACK TORA fait revivre les heures glorieuses du Hard/Heavy-Rock US (ou Hair-Metal pour ceux qui préfèrent), tout en dépoussiérant le genre, la production en phase avec aujourd'hui lui conférant une touche plus actuelle.

Le titre d'ouverture, "Attack", est on ne peut plus approprié: riffs typiquement "Van-Haleniens", rythmique rapide, gros choeurs sur le refrain; en moins de 3 minutes, BLACK TORA met les petits plats dans les grands tout en se montrant direct, percutant, incisif. Ce brûlot survitaminé oscille habilement entre Big-Rock et Heavy-Metal et nous montre de quel bois est fait ce trio texan. Ah, il n'y a pas à dire; lorsqu'il s'agit d'allumer la mèche et d'appuyer sur l'accélérateur, BLACK TORA prend des allures de véritable rouleau compresseur. La preuve avec  le belliqueux "Fuel My Hunger", une tuerie Heavy/Speed qui dépote et fait la part belle à la section rythmique et aux guitares incisives. BLACK TORA sait néanmoins varier les plaisirs. La preuve avec "The Rocker" qui louche vers le Classic-Rock, se distingue par son refrain ensorceleur et aurait tout autant eu sa place dans les 70's comme dans les 80's. Ou encore le mid-tempo "Feed My Ego" dont l'intro orientée Rock n' Roll/Rockabilly nous renvoie en plein dans les 60's avant d'obliquer vers un Big-Rock groovy. Concernant ce titre, on regrettera juste que le refrain soit un peu faiblard, trop téléphoné par rapport au reste car, à la base, il avait un gros potentiel intéressant. Mais c'est avec "Break Down The Wall" que BLACK TORA atteint carrément le divin au point de tutoyer sans complexe les ténors du Hard Rock américain. Avec ses couplets débordant de conviction, ses riffs au poil et, cerise sur le gateau, son énorme refrain über-fédérateur, irresistible, magistral, ce titre a tout d'un hymne Big-Rock en puissance et dans la période 1986-88, il aurait rivalisé avec les plus grands classiques du genre, serait probablement devenu un gros Hit planétaire faisant la concurrence aux "Still Of The Night" (WHITESNAKE), "The Final Countdown" (EUROPE), "You Give Love A Bad Name" (BON JOVI), "Dude (Looks Like A Lady)" (AEROSMITH) ou encore "Welcome To The Jungle" (GUNS N' ROSES). C'est simple: BLACK TORA a pondu là le meilleur titre "Hair-Metal ou assimilé" depuis 25 ans, au point de faire pâlir de jalousie STEEL PANTHER (celui des 2 premiers albums), rien que ça ! En 3'45, BLACK TORA a vraiment réussi à redonner au Hard Rock US toutes ses lettres de noblesse et, rien que pour ça, mérite notre coup de chapeau.

On regrettera juste que quelques baisses de régime parsèment cet album. C'est le cas avec "Born To Play Loud", un mid-tempo très clichesque (rien que le titre, déjà !) qui ne parvient pas à décoller. Dans un autre genre, le mid-tempo "Freedom Rider", qui semble pas mal emprunter à EXTREME, se voit gâché par un refrain bâclé, un peu lourdingue, archi-prévisible, ce qui laisse beaucoup de regrets car le trio texan avait eu la bonne idée d'inclure au milieu du titre, juste avant le solo, quelques passages de guitare acoustique bluesy  faisant un peu écho au fameux "Wanted Dead Or Alive" (BON JOVI). A titre indicatif, il convient de souligner qu'il n'y a aucune ballade sur cet album, le titre le plus calme de celui-çi, "Hearts On Fire", étant un mid-tempo correspondant aux canons du Hard mélodique.

Que peut-on dire, en fin de compte, sur ce second album de BLACK TORA ? Et bien qu'en dépit de quelques maladresses ici et là, ce disque est de bonne facture, bien servi par des riffs de haut niveau, qu'il s'agit d'un bon condensé de Heavy, de Big-Rock et de Hard mélodique. On peut aussi mentionner que cet album s'assimile assez facilement dans la mesure où sa durée est courte (28 minutes seulement au compteur), la présence du seul "Break Down The Wall" y aidant également beaucoup. En faisant court et concis, BLACK TORA  a voulu aller à l'essentiel en limitant les risques de remplissage superflu. Quoi qu'il en soit, il s'agit là d'un bien bel hommage aux ténors du Hard et du Heavy des 80's et les fans de VAN HALEN, Y&T, DOKKEN, SKID ROW (celui du 1er album), SAXON, voire JUDAS PRIEST risquent d'être séduits par cette galette. On ne peut que souhaiter une chose: que BLACK TORA puisse perdurer en confirmant par la suite le potentiel qu'il laisse entrevoirn, en s'améliorant et en développant davantage sa personnalité. Car, pour le coup, le Hard Rock US tient là un solide espoir.
Trendkill - 29.06.2017
Musiciens: Chris Daniel - chant, basse / RazorDave - guitare / Nicky X - batterie
Producteur:
Label:
Music Video: Born To Play Loud - Attack - Fuel My Hunger - Break Down The Wall