Autres chroniques

The World’s Best Hope - 2017

  The World’s Best Hope - 07.07.2017 - Album
 1. After the Rain
 2. Cyanide
 3. Down Life’s Page
 4. Mother Don’t Cry
 5. Show Me The Way
 6. Walk Alone
 7. Don’t Surrender (to Love)
 8. Hero in Your Life
 9. Never Back Down Again
 10. Who Knows
11. The World’s Best Hope
12. Mother D’ont Cru (acoustic Bonus track)
Depuis le début de cette année 2017, pas un mois de passe sans l’arrivée dans les bacs d’un nouvel album en provenance de FRONTIERS RECORDS. Je ne sais pas ce qui se passe avec cet excellent label en ce moment mais les sorties d’albums paraissent a un rythme effréné pour le plus grand bonheur des fans de Hard mélodique de qualité. C’est encore le cas cette fois avec le premier album d’un nouveau All Star Band qui laisse rêveur au regard  de line up de cette association de tueurs.

Ce nouveau groupe dont ‘il est question, c’est ALL 4 1, et coté zicos qui le compose, avouer que ça laisse rêveur avec au chant l’excellent Terry Brock (chanteur de STRANGEWAYS, GIANT, SLAMER …), à la batterie on retrouve Matt Starr (ACE FREHLEY, BANG TANGO, BEAUTIFUL CREATURES), la guitare est assurée par Gay Phil (BOSTON, ALLIANCE, SAMMY HAGAR …), à la basse nous avons Robert Berry (HUSH, ALLIANCE, THE DECEMBER PEOPLE) et enfin aux claviers, la baroudeur Alessandro Del Vecchio.  Alors, que dites vous de ça ?!!!

Du coup, forcément, de ce genre d’album, on attend beaucoup et on a même quelques craintes avant de le découvrir, peur d’être déçu ou d’avoir droit à un album qui ne soit pas au niveau de ce que l’on est en droit d’attendre.
Mais ce «The World’s Best Hope» débute de la meilleure des façons avec le très bon «After the Rain», excellent morceau de pur Hard Mélodique/AOR qui sent bon le JOURNEY ou le STRANGEWAYS de la belle époque. Un morceau doté d’un beau refrain et qui lance l’album superbement.
On se plait alors à se dire que la suite sera du même niveau et avec «Cyanide», on y croit car là encore, c’est de la bonne came. Un morceau un peu plus « direct » que l’opening track et magnifiquement coloré par les claviers d’Alessandro Del Vecchio, ce morceau nous ramène aux belles heures de BAD ENGLISH.
On poursuit ensuite avec le mid tempo «Down Life’s Page», dans une pure veine AOR. Très typé SURVIVOR, ce morceau glisse tout seul, porté qu’il est par une belle mélodie et par les guitares subtiles mais efficaces d’un Gary Phil qui fait le job. Et puis dur de résister à ces chœurs (Oh Oh Oh) sur la fin du morceau. Pas de doute, pour le moment, cet album tiens ses promesses.

Avec «Mother Don’t Cry», c’est à une ballade auquel nous avons droit. Perso, je ne suis pas très friand de ce genre d’exercice. Il s’agit néanmoins d’une belle ballade surtout compte tenu de grain de voix de Terry Brock qui est vraiment adapté à ce genre de morceau.
Retour au Hard mélodique très typé 80ies avec «Show Me The Way», l’un des morceaux les plus rythmés de cet album  qui n’aurait pas dépareillé sur un album de TYKETTO. On reprochera peut-être une production un peu trop léchée qui du coup aseptise un peu ce genre de morceau qui aurait gagné en efficacité avec un coté un peu moins soigné. Mais je pinaille, on passe là encore un bon moment et c’est bien là l’essentiel.
On reste dans la même veine avec «Walk Alone» qui lui par contre colore son Hard Mélodique d’AOR. On pense une fois encore à JOURNEY mais rien de plus surprenant puisque le groupe de Neal Schon qui a du servir de maitre étalon à cet album.

Déception ensuite avec «Don’t Surrender (to love)», autre ballade mid tempo qui elle par contre parait un peu fade et qui nous donne la désagréable sensation d’avoir déjà entendu ce genre de morceau des centaines de fois auparavant mais de façon plus convaincante, et on peut presque en dire de même avec le morceau suivant «Hero in Your Life». Un morceau bien trop convenu et passe partout qui ne vous laissera guère de souvenir une fois terminé.
Heureusement, après ce ventre mou de deux morceaux, on revient à des choses plus performantes avec «Never Back Down Again» tout d’abord, bon morceau de Hard mélodique lui aussi très typé 80ies mais avec juste ce qu’il faut d’énergie, On passera rapidement sur «Who Knows»  qui n’apporte pas grand-chose pour prendre beaucoup de plaisir avec le morceau éponyme «The World’s Best Hope», l’un des meilleurs morceaux de ce album. On navigue à fond dans l’AOR avec ce morceau intelligemment construit et qui est doté d’une trame mélodique qui finie par rester dans votre caboche et qui est parsemé de petite nappes de claviers fort à propos mais aussi par un solo de guitare bien envoyé. Bien joué !
En bonus, une version acoustique de «Mother Don’t Cry» et au final, si nous ne sommes pas en présence de l’album d’AOR/Hard Mélodique ultime, on peut tout de même s’estimer satisfait par une recette plutôt juteuse même si quelques assaisonnement de ci de là ne nous auront pas entièrement convaincu. Du bon boulot tout de même.
Jean Philippe - 23.07.2017
Musiciens: Terry Brock - chant / Gary Phil - guitare / Robert Berry - basse / Leigh Foxxx - claviers / Matt Starr - batterie / Allessandro Del Vecchio - claviers
Producteur:
Allessandro Del Vecchio
Label: Frontiers records
Music Video:
After the Rain